Compteur Linky :
Le Sénat a voté les articles 7 et 7 bis
qui le rendent obligatoire

Cliquez ici pour un
affichage correct du site

Accueil

Le samedi 22 novembre 2014, mis à jour le mardi 12 mai 2015
Appel à la mobilisation générale !
Le nouvel examen du texte "Transition énergétique" a déjà commencé à l’Assemblée nationale : la Commission spéciale s'est réunie en catimini les 14, 15 et 16 avril 2015 !
La discussion en séance publique aura lieu du mardi 19 au mardi 26 mai prochains. Mais le Linky obligatoire et la prolongation des centrales au-delà de 40 ans ne sont pas remis en cause !
Envoyez d’urgence en quelques clics un mail aux députés et aux sénateurs pour demander l’abrogation du Linky et l’arrêt des centrales de plus de 30 ans !

Questions et réponses sur le Linky

Loi de transition énergétique : toutes nos pages

Le Sénat, la tête dans le sable :
Ce que vous n’avez pas vu sur la loi Transition énergétique en cours d’examen
(mail envoyé aux médias le 17 février 2015)

Avant la réunion de la commission mixte paritaire le 10 mars 2015, j’envoie en quelques clics un mail express ses membres !

La Commission des Affaires économiques du Sénat, qui pilote cette loi, et son rapporteur pour les articles traitant du nucléaire et du Linky, M. Ladislas Poniatowski, UMP, ont procédé à l’examen de plus de 900 amendements. Plus de 100 amendements ont été (re)déposés pour être examinés en séance plénière.

Ils ont détricoté le peu qui avait été osé sur le nucléaire par l’Assemblée nationale et ont aggravé les sanctions en cas de refus du Linky.

Le texte, en cours d’approbation par le Sénat jusqu’au 19 février, sera soumis au vote de l’ensemble des sénateurs le mardi 3 mars à 15h30 par scrutin public. En raison de la procédure accélérée limitant l’examen du texte à une seule lecture dans chaque chambre (Assemblée nationale et Sénat), le texte ne reviendra pas devant l’Assemblée nationale.

Madame Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, est présente dans l’hémicycle pendant l’examen du texte par une poignée de sénateurs, au nombre de 15 à 50 selon les heures. Pendant les trois premiers jours, elle a donné quasi systématiquement, au nom du Gouvernement, le même avis que le rapporteur sur les amendements examinés, notamment ceux concernant le Linky.

Linky et drones : mail envoyé aux médias le 3 février 2015

Texte soumis au Sénat (le 28 janvier 2015)

Rapport de 649 pages du sénateur Poniatowski (le 28 janvier 2015)

Article 7 initial      Amendements portant création de l’article 7 bis

Articles 7 et 7 bis, texte soumis au Sénat, approuvé par l’Assemblée nationale le 14 octobre 2014

Le 31 mai 2011, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC, qui dépend de l’OMS), a classé les radiofréquences « cancérogènes possibles pour l’homme, catégorie 2B ».
Voir le communiqué de presse en anglais   en français, version officielle   en français, traduction par Annie Lobé
Voir la monographie n° 102 publiée en 2013
(en anglais)
Voir tous les agents classés au 23 octobre 2014 dans la catégorie 2B par le CIRC (en anglais, pages 9 à 18 ; radiofréquences : voir p. 17)   Voir la traduction française par l’association Atctoxicologie (mise à jour en septembre 2009)
Voir la lettre adressée au Dr Christopher Wild, Directeur du CIRC, le 5 juillet 2011    Voir sa réponse   Voir le mail qui lui a été adressé le 23 mai 2013 (resté sans réponse)

Mesure des radiofréquences émises par l’installation électrique après la pose d’un compteur Linky : vidéo de l’association Next-Up

Liens vers le site du Sénat :
http://www.senat.fr/dossier-legislatif/pjl14-016.html
http://www.senat.fr/espace_presse/actualites/201406/engager_la_france_dans_la_transition_energetique.html

Compilation des sources disponibles, édition du 8 mai 2015   Voir les sources sur Linky

Qu’est-ce que Linky ?

Autres dénominations : « smart grids », « dispositifs déportés », « compteur intelligent », « réseaux électriques intelligents » « compteurs (électriques) communicants », « compteurs  radiofréquences », « Smart Meters »

Il s’agit d’un nouveau protocole de communication se basant sur les télécommunications radiofréquences. Il est destiné à équiper les 35 millions de foyers français (1,7 milliards dans le monde).

Son but est de permettre au gestionnaire de réseau de connaître à chaque instant et dans chaque logement, le niveau de consommation des appareils électriques branchés sur le secteur, qu’ils soient en fonctionnement ou en veille.

En France, c’est ERDF, Électricité Réseau Distribution France, qui a le monopole de la distribution d’électricité. Toutefois, l’ensemble du réseau de distribution est la propriété de chaque commune, qui en concède la gestion à ERDF.

Qui a développé Linky ? Avec quels moyens ?

EDF est le chef de file du développement du Linky et la Fédération des industries électriques, électroniques et de Communication (FIEEC) s’emploie à vendre aux ministres de l’Énergie successifs le Linky comme instrument incontournable de la transition énergétique. Dans un document publié en septembre 2012, on pouvait lire : « Plus d’efficacité, c’est “partager l’énergie” grâce à des réseaux intelligents (smart grids) mettant en relation les nouvelles sources de production d’énergies renouvelables, mais aussi le véhicule électrique et les bâtiments afin de mieux gérer l’équilibre production‐consommation et ainsi différer les consommations lors de pics de demande d’électricité. Plus d’efficacité, c’est aussi remettre le consommateur au cœur du dispositif de gestion de l’énergie, en lui donnant les moyens de mesurer et d’afficher ses consommations. Cela nécessite une évolution des mentalités et des usages. En effet, comment expliquer que l’on puisse connaître la consommation d’énergie d’un véhicule mais pas celle d’un logement ou d’une entreprise alors que les bâtiments représentent près de la moitié de la consommation d’énergie finale en France. »

EDF a lancé en septembre 2013 une plate-forme expérimentale, « Concept Grid », destinée à la recherche sur les systèmes électriques de demain, installée sur le site des Renardières (Seine-et-Marne). Cet ensemble unique de moyens d’essais permet de tester des matériels et des systèmes dans des conditions d’exploitation réelles et représentatives des réseaux de distribution existants, et de les soumettre notamment à de multiples perturbations.

Le projet « Sogrid » - contraction de « Sud-Ouest » et de « grid » (réseau) a disposé d’un budget de 27 millions d’euros pour développer cette puce, l’intégrer à des compteurs électriques et la tester auprès de 1.000 ménages toulousains. L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a financé le projet à hauteur de 12 millions d’euros.

Parmi les 10 partenaires de ce consortium, le fabricant de câbles Nexans, la SSII Capgemini, l’équipementier Sagemcom et la société Landis+Gyr, filiale de Toshiba.

Linky a déjà été expérimenté dans plusieurs centaines de milliers de foyers en France. Sa généralisation est prévue pour 2016.

Pourquoi il ne faut pas installer les compteurs Linky en France :

Avec Linky, EDF/ERDF sera en mesure de facturer à l'abonné la consommation réelle (correction du déphasage), soit 10 à 20 % en sus pour beaucoup de clients, notamment ceux qui utilisent des appareils domestiques avec moteurs électriques : réfrigérateur, sèche-cheveux, rasoir électrique, ventilateur, robots ménagers, aspirateur, perceuse, etc. Les ampoules basse consommation fluocompactes ont un Cosinus Phi de 0,5. Cela signifie que Linky, qui mesure la consommation réelle, va doubler la consommation mesurée, la facture d’éclairage sera donc multipliée par deux !

Les compteurs de type Linky, comme tout appareil à écran et composants électroniques ont une durée de vie qui n’excède par les 12/15 ans, en conséquence leur remplacement par EDF/ERDF aura OBLIGATOIREMENT un coût payé par… les clients ! Des hausses draconiennes de la facture d’électricité sont à prévoir avec l’arrivée des nouveaux compteurs  radiofréquences.

« La FNCCR rappelle que le compteur est payé par le consommateur. » Au sujet du Linky, la FNCCR (Fédération nationale des collectivités concédantes et régies des services publics locaux de l’électricité et de l’eau) a déclaré que, dans l’électricité comme ailleurs, la baisse ou la gratuité n’existe pas. Pour la FNCCR, il y a de grands risques que les consommateurs voient leurs factures augmenter du fait du déploiement de ce compteur au travers d’une augmentation du tarif de la TURPE (Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité).

Quand il était Pdg d’EDF, la maison mère d’ERDF, Henri Proglio a déclaré que Linky coûterait « entre 200 et 300 euros » sur 20 ans à l’usager.

Ceux qui pensent que Linky aura pour effet de réduire leurs factures d’électricité seront déçus, car bien au contraire, plus le consommateur économisera l’électricité, plus chère sera sa facture. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’EDF et ERDF ont besoin de milliards d’euros pour équilibrer leurs comptes et dans ces conditions, le montant de la facture d’électricité n’est pas basé sur la notion globale du prix de revient de l’énergie, mais sur la notion d’équilibres des comptes des Sociétés Anonymes. Conclusion : plus vous économiserez de l’électricité et plus les taxes et le prix du kWh d’électricité seront élevés.

Linky est censé permettre aux usagers de connaître leur consommation en temps réel. Problème : dans de nombreux logements, le compteur est situé à l’extérieur du logement ! C’est le cas dans tous les logements sociaux, même anciens, dans tous les logements neufs et dans bon nombre de logements individuels (maisons). Et ERDF ne veut pas entendre parler de « l’afficheur déporté », qui permettrait à ceux qui n’ont pas le compteur directement à leur domicile de suivre leur consommation en temps réel.

Le Ministère Fédéral Allemand de l’Économie a retenu les conclusions du cabinet d’expertise financière très respecté Ernst & Young chargé par le gouvernement d’évaluer les économies pouvant être réalisées par un déploiement de compteurs intelligents. Cela l’a conduit à rejeter l’installation des compteurs intelligents de type Linky. La conclusion de cette étude est que les compteurs intelligents ne vont pas dans l’intérêt des consommateurs allemands.

Pour rendre son compteur Linky communiquant, ERDF va modifier le courant électrique 50 Hz en y injectant sur sa porteuse un signal radiatif de type CPL en kHz (radiofréquences) qui va irradier tout le réseau Basse Fréquence du territoire, ceci jusque dans les appartements par le maillage des câbles électriques des immeubles.

Linky injecte un signal d’impulsions porteuses radiatives modulées en amplitudes de fréquence CPL-G1 à G3  (148 kHz à 400 kHz) qui se superposent à la fréquence 50 Hz du courant électrique. Ces nouvelles fréquences en kHz, introduites dans les câbles électriques de toutes les pièces des logements, y compris les chambres d’enfants, sont rayonnantes (irradiantes).

Le maillage de l’opération Linky nécessitera plus de 125 000 antennes relais de téléphonie mobile supplémentaires (PMR) sur le territoire français.

Avec le maillage de la totalité du territoire par les câbles Basse Tension (BT, 220 Volts) de distribution de l’électricité dans tous les logements, par les modules HF sans fil (hyperfréquences) et par les nouvelles antennes relais de téléphonie mobile, Linky va engendrer sur tout le territoire national une forte augmentation de l’électropollution : aux champs électromagnétiques artificiels de basses fréquences actuels s’ajouteront les champs électromagnétiques de hautes fréquences (radiofréquences et micro-ondes), tant en champs proches dans les logements qu’en champs lointains via le réseau de distribution BT et les transformateurs locaux.

Des mesures de champs électromagnétiques qui ont été réalisées chez des particuliers ayant subi l’installation du compteur Linky, démontrent que les valeurs de rayonnements radiofréquences sont d’environ 17,5 V/m.

Des mesures de radiofréquences réalisées après la pose de compteurs Linky démontrent que tous les câbles électriques logés dans les murs et tous les appareils électriques, y compris les lampes de chevets et les blocs multiprises, émettent des radiofréquences mesurables jusqu’à 2,50 mètres. Dans un immeuble, un appartement non équipé de compteur Linky est donc irradié par les radiofréquences émises en provenance des appartements voisins.

Les cas d’électrosensibilité vont exploser. Un rapport canadien établi à partir d’un sondage mené sur 210 personnes vivant aux États-Unis (75 %), au Canada et en Australie (dont 9 médecins) établit clairement un lien direct et indiscutable entre l’installation des compteurs électropolluants et l’apparition de nombreux symptômes d’électrosensibilité. Seuls 23 % des répondants se considéraient déjà électrosensibles avant l’installation des compteurs et 67 % de tous les répondants l’étaient devenus après l’installation ou avaient vu leurs symptômes s’aggraver considérablement.

En Californie, PG & E (équivalent à ERDF) qui entrait dans la phase finale pour la généralisation de l’installation des nouveaux compteurs Smart Meters a commencé depuis le 28 octobre 2011 une nouvelle phase qui n’était pas prévue, une marche arrière, celle du démontage des nouveaux compteurs pour les remplacer par les anciens. Ce jour-là, dans le cadre d’une procédure supervisée par le Juge administratif de la Commission des Services publics de Californie, le distributeur PG & E a remplacé un nouveau compteur électrique communiquant par un compteur analogique.

Les promesses de factures et de consommations inférieures n’ont pas été tenues et l’atteinte à la vie privée est avérée, avec la surveillance à distance et en temps réel des usagers. Mais c’est l’impact sanitaire qui a fait basculer la situation.

L’évidence a été constatée et rapportée par de nombreux citoyens dans les médias et devant les tribunaux lors des enquêtes et expertises sanitaires : maux de tête, nausées, bourdonnements d’oreille, problèmes cardiaques et dermatologiques, démangeaisons, etc. ont été officiellement associés aux irradiations artificielles micro-ondes des Hautes Fréquences 2,44 GHz générées par les nouveaux compteurs.

Le passage en force de l’installation des nouveaux compteurs est apparu au fil des mois dans l’opinion publique comme une agression anti-démocratique et anticonstitutionnelle qui de surcroît porte atteinte à la santé des personnes dans leurs propres maisons.

Dans un second temps, notamment en Californie, ce sont plus de 47 villes et Comtés qui ont exigé et obtenu l’arrêt des installations et une dizaine de gouvernements locaux ont adopté des lois interdisant le déploiement de cette technologie controversée. Fin 2011, le revirement spectaculaire californien s’est répandu à travers le pays et dans le monde entier, incitant certains gouvernements à mettre en attente le déploiement souhaité par les industriels. L’Etat du Nevada a demandé des enquêtes sanitaires et d’autres enquêtes sur les problèmes engendrés par ces compteurs.

Il est surprenant que le député écologiste de Paris Denis Baupin ait voté le 14 octobre 2014 les articles 7 et 7 bis de la loi sur la transition énergétique rendant obligatoire le déploiement national du compteur Linky, alors qu’il avait été, en tant qu’élu parisien, à l’origine d’un vœu approuvé le 18 octobre 2011 par la Ville de Paris, rejetant le Linky en raison de « l’absence de confidentialité des données » et de la « non maîtrise de la demande d’énergie (…) remettant en question les potentialités des ‘smart grids’ (réseaux intelligents)  pourtant à l’origine même du changement de matériel ».

Linky est également problématique sur le plan de la sécurité électrique : la mise en panne d’appareils électriques le jour même de l’installation ou dans les semaines qui suivent, des incendies et même des explosions ont été constatées.

La mise en place du Linky entraînera la suppression de milliers d’emplois, puisque la relève se fera à distance, de même que les coupures pour factures impayées et le rétablissement de l’électricité. ERDF appelle cela le « pilotage » à distance. Linky rend possible l’arrêt à distance et la mise en charge à distance de l’alimentation électrique d’équipements tels que les ballons d’eau chaude ou les radiateurs électriques.

Pendant la phase d’expérimentation en Indre-et-Loire, des surfacturations ont été constatées : pour équilibrer la production et la consommation d’électricité, le distributeur a mis en charge pendant les « heures pleines » le ballon d’eau chaude qui n’était auparavant en charge que pendant les heures « creuses » à tarif réduit.

Le risque existe que le pilotage à distance soit contrôlé par une personne malveillante. Par le piratage informatique, elle pourrait procéder à des coupures  d’électricité ciblées ou massives. Un terrorisme d’un genre nouveau serait possible.

Enfin, Linky a pour effet de diminuer la puissance effectivement disponible, ce qui contraint les clients ne pouvant pas diminuer leur consommation à augmenter la puissance de leur abonnement.

Concrètement prenons l’exemple courant qui concerne des millions de français ayant souscrit une puissance d’abonnement de 18 kWh, soit 18 000 Wh (Watts heure), leurs disjoncteurs étaient réglés (calibrés) à 90 Ampères par EDF, ce qui donne au final une puissance réelle disponible suivant la formule P=UI soit 230 x 90 = 20 700 VA (Volts Ampère) soit 20,7 kVA. Avec le compteur Linky, c’est totalement différent, puisque l’abonnement équivalent à la puissance réellement délivrée sera limité à 18 kVA (18 000 VA) ce qui donnera au final une puissance d’ampérage effective inférieure suivant la formule de I (Intensité) = P/U soit 18 000 / 230 = 78,26 Ampères. Ce chiffre, qui est la réalité exacte de la puissance effective délivrée par le compteur Linky, est donc très différent du compteur et disjoncteur analogique actuel qui dans l’exemple ne coupait la fourniture d’électricité qu’à 90 Ampères. Linky disjoncte à la valeur de 78 Ampères !

En résumé, le compteur Linky est la nouvelle chimère des industriels de l’électricité, qui après nous avoir imposé les ampoules basse consommation qui vont être interdites en 2020 à cause de leur teneur en mercure, veulent réitérer leur exploit avec ce nouvel appareil inutile, dangereux et coûteux.

Sources d’informations sur Linky :

Une transition énergétique efficace, source de croissance et d’emplois : propositions de la FIEEC

Linky : Le Concept Grid d’EDF (voir p. 18 du livret Être actionnaire d’EDF 2014)

Linky : une future puce pour réseaux électriques intelligents

Linky : L’Allemagne rejette les compteurs intelligents

Linky : Enquête de l’association Next-Up

Linky : Lutte contre les smart grid au Québec

Linky : Nouvelle source radiative hautes fréquences

Linky : Un vrai talent de compteur

Linky : Aux USA, la justice ordonne les premières suppressions des nouveaux compteurs intelligents et leur remplacement par d’anciens compteurs analogiques

Linky : Conseil de Paris 18 octobre 2011, vœu rejetant l’installation de compteurs intelligents d’électricité chez les Parisiens

Que Choisir : rapport d’évaluation de l’expérimentation des compteurs communicants, février 2011

Linky : Comprendre le Cosinus Phi, énergie active et énergie réactive

Linky : L’arnaque cachée d’ERDF

Linky : Pourquoi 10 millions de ménages risquent d’être pénalisés

Analyse des problèmes posés par les compteurs communicants, décembre 2012 (en anglais)
Voir p. 28 les cas d’incendie et d’explosion


Flyer à distribuer : Compteur Linky : des radiofréquences dans l’électricité
À distribuer autour de vous et sur les marchés, ou dans les boîtes aux lettres de votre immeuble et de votre voisinage : imprimer en recto verso, puis couper en deux.


J’envoie un mail au Président François Hollande    Modèle de texte

J’envoie un mail à Ségolène Royal, ministre de l’Écologie et de l’Énergie
Modèle de texte

J’envoie en quelques clics des emails à tous les sénateurs pour demander l’abrogation des articles 7 et 7 bis de la loi sur la transition énergétique, nouveau mode d’emploi en 6 étapes :

1. Je prépare le texte que je veux envoyer

modèle au format word     modèle au format rtf     modèle au format html

(Je peux envoyer la totalité du texte proposé, ou des extraits, ou tout autre texte, et joindre des pièces informatives.)

2. Lorsque mon texte est prêt, je le sélectionne et le copie dans le presse papier
(commande rapide : Ctrl + touche C)

3. Je clique ci-dessous sur “J’envoie un mail...”. Un nouveau message prêt à être expédié apparaît avec, déjà incluses, les adresses mails des destinataires indiqués.

4. Je colle mon texte dans le corps du mail (commande rapide : Ctrl + touche V)

5. Je donne un titre à mon mail et j’ajoute les éventuelles pièces jointes

6. J’envoie mon mail

7. Je renouvelle les opérations 3. à 6. pour chaque groupe de destinataires ci-dessous :

NB: Dans le cas où aucune fenêtre de nouveau message ne s’ouvrirait lorsque vous cliquez sur « J’envoie un mail... », procédez de la façon suivante : A : Ouvrir votre messagerie. B : Cliquer sur "Nouveau message". C : Recopier la liste ci-dessous des destinataires. D : Procédez aux opérations 4 à 7.

J’envoie un mail aux sénateurs du groupe Les républicains-1 dont la liste figure ci-dessous :

b.retailleau@senat.fr, p.dallier@senat.fr, c.deroche@senat.fr, p.allizard@senat.fr, g.bailly@senat.fr, f.baroin@senat.fr, p.bas@senat.fr, c.bechu@senat.fr, jerome@bignon.info, j.bizet@senat.fr, f.bonhomme@senat.fr, jf.rapin@senat.fr, g.bouchet@senat.fr, m.bouvard@senat.fr, fn.buffet@senat.fr, f.calvet@senat.fr, c.cambon@senat.fr, a.canayer@senat.fr, jp.cantegrit@senat.fr, jn.cardoux@senat.fr, jean-claude.carle@wanadoo.fr, c.cayeux@senat.fr, p.chaize@senat.fr, p.charon@senat.fr, d.chasseing@senat.fr, a.chatillon@senat.fr, f.commeinhes@senat.fr, g.cornu@senat.fr, r.danesi@senat.fr, m.darnaud@senat.fr, s.dassault@senat.fr, d.de-legge@senat.fr, a.de-montgolfier@senat.fr, lj.de-nicolay@senat.fr, h.deraincourt@senat.fr, i.debre@senat.fr, r.delpicchia@senat.fr, f.delattre@senat.fr, g.deriot@senat.fr, j.deromedi@senat.fr, mh.des-esgaulx@senat.fr, c.deseyne@senat.fr, c.di-folco@senat.fr, e.dolige@senat.fr, ph.dominati@senat.fr, ma.duchene@senat.fr

J’envoie un mail aux sénateurs du groupe Les républicains-2 dont la liste figure ci-dessous :

Alain.Dufaut@wanadoo.fr, n.duranton@senat.fr, l.duvernois@senat.fr, JeanPaul.Emorine@wanadoo.fr, d.estrosi-sassone@senat.fr, hfalco@mairie-toulon.fr, m.fontaine@senat.fr, m.forissier@senat.fr, a.fouche@senat.fr, b.fournier@senat.fr, jp.fournier@senat.fr, c.frassa@senat.fr, p.frogier@senat.fr, j.garriaud-maylam@senat.fr, bureau.jc.gaudin@senat.fr, jacques.gautier@senat.fr, j.genest@senat.fr, b.gilles@senat.fr, c.giudicelli@senat.fr, a.gournac@senat.fr, jp.grand@senat.fr, d.gremillet@senat.fr, f.grosdidier@senat.fr, j.grosperrin@senat.fr, p.gruny@senat.fr, c.guene@senat.fr, m.houel@senat.fr, a.houpert@senat.fr, c.hummel@senat.fr, benoit.hure@wanadoo.fr, jf.husson@senat.fr, jj.hyest@senat.fr, c.imbert@senat.fr, a.joyandet@senat.fr, c.kammermann@senat.fr, r.karoutchi@senat.fr, f.keller@senat.fr, gd.kennel@senat.fr, m.lamenie@senat.fr, e.lamure@senat.fr, g.larcher@senat.fr, r.laufoaulu@senat.fr, d.laurentsenateur17@orange.fr, a.lefevre@senat.fr, jacques.legendre@wanadoo.fr, jp.leleux@senat.fr

J’envoie un mail aux sénateurs du groupe Les républicains-3 dont la liste figure ci-dessous :

jb.lemoyne@senat.fr, jc.lenoir@senat.fr, p.leroy@senat.fr, v.lopez@senat.fr, m.magras@senat.fr, c.malhuret@senat.fr, d.mandelli@senat.fr, a.marc@senat.fr, p.masclet@senat.fr, jf.mayet@senat.fr, c.melot@senat.fr, b.micouleau@senat.fr, a.milon@senat.fr, p.morhet-richaud@senat.fr, jm.morisset@senat.fr, p.mouiller@senat.fr, l.negre@senat.fr, c.nougein@senat.fr, jj.panunzi@senat.fr, p.paul@senat.fr, c.pellevat@senat.fr, cedric.perrin@senat.fr, j.pierre@senat.fr, f.pillet@senat.fr, x.pintat@senat.fr, l.pinton@senat.fr, r.pointereau@senat.fr, l.poniatowski@senat.fr, h.portelli@senat.fr, s.primas@senat.fr, c.procaccia@senat.fr, jp.raffarin@senat.fr, m.raison@senat.fr, a.reichardt@senat.fr, revet.charles@wanadoo.fr, didier.robert@senat.fr, bernard.saugey@wanadoo.fr, rp.savary@senat.fr, m.savin@senat.fr, b.sido@senat.fr, a.soilihi@senat.fr, a.trillard@senat.fr, c.troendle@senat.fr, m.vaspart@senat.fr, a.vasselle@senat.fr, jp.vial@senat.fr, jp.vogel@senat.fr

J’envoie un mail aux sénateurs du groupe Union des Démocrates et Indépendants UDI dont la liste figure ci-dessous :

f.zocchetto@senat.fr, a.billon@senat.fr, jm.bockel@senat.fr, p.bonnecarrere@senat.fr, o.cadic@senat.fr, m.canevet@senat.fr, v.capo-canellas@senat.fr, o.cigolotti@senat.fr, v.delahaye@senat.fr, y.detraigne@senat.fr, e.doineau@senat.fr, d.dubois@senat.fr, jl.dupont@senat.fr, f.ferat@senat.fr, jm.gabouty@gmail.com, f.gatel@senat.fr, n.goulet@senat.fr, j.gourault@senat.fr, s.goy-chavent@senat.fr, j.guerriau@senat.fr, l.herve@senat.fr, s.joissains@senat.fr, c.jouanno@senat.fr, c.kern@senat.fr, jj.lasserre@senat.fr, n.laurey@senat.fr, v.letard@senat.fr, ac.loisier@senat.fr, jf.longeot@senat.fr, jc.luche@senat.fr, h.marseille@senat.fr, h.maurey@senat.fr, p.medevielle@senat.fr, m.mercier@senat.fr, c.morin-desailly@senat.fr, c.namy@senat.fr, y.pozzodiborgo@senat.fr, g.roche@senat.fr, h.tandonnet@senat.fr, l.tetuanui@senat.fr, jm.vanlerenberghe@senat.fr

J’envoie un mail aux sénateurs du groupe Socialiste et apparentés-1 dont la liste figure ci-dessous :

d.guillaume@senat.fr, m.andre@senat.fr, m.antiste@senat.fr, a.anziani@senat.fr, d.assouline@senat.fr, d.bailly@senat.fr, d.bataille@senat.fr, c.berit-debat@senat.fr, m.berson@senat.fr, j.bigot@senat.fr, m.blondin@senat.fr, n.bonnefoy@senat.fr, y.botrel@senat.fr, jc.boulard@senat.fr, m.bourquin@senat.fr, m.boutant@senat.fr, h.cabanel@senat.fr, jp.caffet@senat.fr, p.camani@senat.fr, cl.campion@senat.fr, t.carcenac@senat.fr, jl.carrere@wanadoo.fr, f.cartron@senat.fr, l.carvounas@senat.fr, b.cazeau@senat.fr, j.chiron@senat.fr, k.claireaux@senat.fr, g.collomb@senat.fr, h.conway-mouret@senat.fr, j.cornano@senat.fr, roland.courteau@wanadoo.fr, y.daudigny@senat.fr, m.daunis@senat.fr, m.delebarre@senat.fr, f.desplan@senat.fr, j.durain@senat.fr

J’envoie un mail aux sénateurs du groupe Socialiste et apparentés-2 dont la liste figure ci-dessous :

a.duran@senat.fr, j.durrieu@senat.fr, v.eble@senat.fr, f.espagnac@senat.fr, jj.filleul@senat.fr, jc.frecon@wanadoo.fr, c.genisson@senat.fr, s.ghali@senat.fr, d.gillot@senat.fr, j.gillot@senat.fr, e.giraud@senat.fr, jp.godefroy@senat.fr, g.gorce@senat.fr, a.guillemot@senat.fr, c.haut@wanadoo.fr, o.herviaux@senat.fr, e.jeansannetas@senat.fr, g.jourda@senat.fr, p.kaltenbach@senat.fr, a.karam@senat.fr, b.khiari@senat.fr, g.labazee@senat.fr, b.lalande@senat.fr, s.larcher@senat.fr, jy.leconte@senat.fr, c.lepage@senat.fr, jc.leroy@senat.fr, mn.lienemann@senat.fr, j.lorgeoux@senat.fr, jj.lozach@senat.fr, r.madec@senat.fr, jb.magner@senat.fr, c.manable@senat.fr, f.marc@senat.fr, d.marie@senat.fr, jp.masseret@senat.fr

J’envoie un mail aux sénateurs du groupe Socialiste et apparentés-3 dont la liste figure ci-dessous :

r.mazuir@senat.fr, m.meunier@senat.fr, d.michel@senat.fr, gerard-miquel@wanadoo.fr, t.mohamed-soilihi@senat.fr, mp.monier@senat.fr, f.montauge@senat.fr, a.neri@senat.fr, g.patient@senat.fr, f.patriat@senat.fr, d.percheron@senat.fr, mf.perol-dumont@senat.fr, h.poher@senat.fr, d.raoul@senat.fr, claude.raynal@mairie-tournefeuille.fr, d.reiner@senat.fr, a.richard@senat.fr, s.riocreux@senat.fr, s.robert@senat.fr, g.roger@senat.fr, y.rome@senat.fr, jy.roux@senat.fr, p.schillinger@senat.fr, jp.sueur@senat.fr, Simon.Sutour@orange.fr, c.tasca@senat.fr, n.tocqueville@senat.fr, jl.tourenne@senat.fr, r.vandierendonck@senat.fr, y.vaugrenard@senat.fr, m.vergoz@senat.fr, m.vincent@senat.fr, e.yonnet@senat.fr, r.yung@senat.fr

J’envoie un mail aux sénateurs du groupe Écologiste dont la liste figure ci-dessous :

jv.place@senat.fr, c.bouchoux@senat.fr, l.aichi@senat.fr, a.archimbaud@senat.fr, e.benbassa@senat.fr, mc.blandin@senat.fr, r.dantec@senat.fr, j.desessard@senat.fr, a.gattolin@senat.fr, j.labbe@senat.fr

J’envoie un mail aux sénateurs du groupe Gauche démocrate et républicaine (communistes et parti de gauche) dont la liste figure ci-dessous :

e.assassi@senat.fr, p.abate@senat.fr, mariefrance.beaufils@wanadoo.fr, m.billout@senat.fr, jp.bosino@senat.fr, l.cohen@senat.fr, c.cukierman@senat.fr, a.david@senat.fr, m.demessine@senat.fr, evelyne-didier@orange.fr, c.favier@senat.fr, b.gonthier-maurin@senat.fr, p.laurent@senat.fr, m.le-scouarnec@senat.fr, c.prunaud@senat.fr, d.watrin@senat.fr

J’envoie un mail aux sénateurs du groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen (radicaux de gauche) dont la liste figure ci-dessous :

j.mezard@senat.fr, g.arnell@senat.fr, senat.barbiergilbert@wanadoo.fr, a.bertrand@senat.fr, j.castelli@senat.fr, y.collin@senat.fr, py.collombat@senat.fr, p.esnol@senat.fr, f.fortassin@senat.fr, robert.hue-senat@wanadoo.fr, f.laborde@senat.fr, h.malherbe-laurent@senat.fr, senateur-requier@orange.fr

J’envoie un mail aux sénateurs non apparentés à un groupe dont la liste figure ci-dessous :

p.adnot@senat.fr, m.amiel@senat.fr, c.feret@senat.fr, m.jouve@senat.fr, jn.guerini@senat.fr, r.navarro@senat.fr, d.rachline@senat.fr, s.ravier@senat.fr, Alex.turk@wanadoo.fr

Document Word : adresses mail des sénateurs à jour le 15 juin 2015




Le coût d’État des gadgets sans fil

Le coût d’État des gadgets sans fil

La décision du gouvernement de distribuer des tablettes wifi à tous les écoliers (entérinée par la loi sur la refondation de l’école votée le 5 juin 2013) aura de graves répercussions sur cette génération, qui sont analysées dans cet article.
Inclut l’article Nouveau capitalisme ou nouvelle guerre ? rédigé en août 2005, ainsi que Réussir sa scolarité et ses examens de la naturopathe Sabine Campion.

En savoir plus


La fée électricité : fée ou sorcière ?

Sans faire de travaux et même si vous êtes locataire, vous pourrez réduire et supprimer la pollution électrique chez vous  en suivant les conseils pratiques inédits de ce livre, qui conduisent aussi à réduire vos factures d’électricité. Vous découvrirez aussi ce que les industriels de l’électricité savent depuis 30 ans sur les effets nocifs des champs électromagnétiques : insomnie, dépression, cancer. Vous saurez enfin protéger votre mélatonine, une hormone naturellement produite dans le cerveau, qui induit le sommeil et nous protège contre le cancer, la radioactivité, la maladie d'Alzheimer, l'électrosensibilité...

En savoir plus


La mélatonine et le sommeil

La mélatonine et le sommeil

Au 21ème siècle, beaucoup de gens croient qu’ils peuvent rester éveillés bien après la tombée de la nuit sans dégrader leur santé. Mais ce n’est pas vrai. Notre corps et notre cerveau sont des ateliers de réparation nocturne. Tels des voitures de Formule 1, toutes les nuits ils « passent au stand ». Pour cela, il faut dormir quand il fait nuit. Mais avec la multiplication des écrans (ordinateur, smartphone, tablette, télévision), de plus en plus de gens veillent de plus en plus tard. Et s’étonnent d’avoir des problèmes : troubles de l’attention et difficultés scolaires chez les enfants et adolescents, hypo- ou hyper- thyroïdie, fibrome, adénome de la prostate, cancer, maladies auto-immunes, maladies neuro-dégénératives, etc. En écoutant la conférence audio La mélatonine et le sommeil, vous connaîtrez et comprendrez les bases physiologiques du dicton populaire : « Les heures de sommeil avant minuit comptent double », et vous restaurerez le fonctionnement de votre atelier naturel de production de mélatonine.

En savoir plus


Envoyer à un ami Retour à l’accueil Nos publications Plan du site Espace lecteurs


© Copyright SantéPublique éditions 2006 - 2021 Titre et textes déposés
Reproduction même partielle interdite

J’envoie cette page
à mon carnet d’adresses !





Pour les personnes électrosensibles qui peuvent difficilement rester sur ordinateur :

Version expresse :

1. Aux membres de la Commission des affaires économiques

Modèle de texte
Pièce jointe

Cliquer ici pour envoyer directement un mail à ceux qui pilotent cette loi :

g.bailly@senat.fr, d.bataille@senat.fr, a.bertrand@senat.fr, jp.bosino@senat.fr, m.bourquin@senat.fr, h.cabanel@senat.fr, f.calvet@senat.fr, a.chatillon@senat.fr, roland.courteau@wanadoo.fr, r.courteau@senat.fr, m.daunis@senat.fr, d.dubois@senat.fr, a.duran@senat.fr, f.espagnac@senat.fr, d.estrosi-sassone@senat.fr, d.gremillet@senat.fr, a.guillemot@senat.fr, m.houel@senat.fr, j.labbe@senat.fr, e.lamure@senat.fr, s.larcher@senat.fr, jj.lasserre@senat.fr, d.laurentsenateur17@orange.fr, jc.lenoir@senat.fr, p.leroy@senat.fr, m.le-scouarnec@senat.fr, v.letard@senat.fr, mn.lienemann@senat.fr, ac.loisier@senat.fr, m.magras@senat.fr, f.montauge@senat.fr, r.navarro@senat.fr, j.pierre@senat.fr, l.poniatowski@senat.fr, s.primas@senat.fr, y.rome@senat.fr, b.sido@senat.fr, h.tandonnet@senat.fr, y.vaugrenard@senat.fr

2. Aux membres de la Commission du développement durable

Modèle de texte
Pièce jointe

Cliquer ici pour envoyer directement un mail à ceux qui copilotent cette loi :

h.maurey@senat.fr, l.negre@senat.fr, g.arnell@senat.fr, p.camani@senat.fr, g.cornu@senat.fr, r.dantec@senat.fr, evelyne-didier@orange.fr, jj.filleul@senat.fr, o.herviaux@senat.fr, r.pointereau@senat.fr, revet.charles@wanadoo.fr, jf.rapin@senat.fr, jf.longeot@senat.fr, gerard-miquel@wanadoo.fr, f.aubey@senat.fr, jerome@bignon.info, a.billon@senat.fr, j.bizet@senat.fr, n.bonnefoy@senat.fr, p.chaize@senat.fr, j.cornano@senat.fr, lj.de-nicolay@senat.fr, m.fontaine@senat.fr, a.fouche@senat.fr, benoit.hure@wanadoo.fr, c.jouanno@senat.fr, jc.leroy@senat.fr, d.mandelli@senat.fr, jf.mayet@senat.fr, p.medevielle@senat.fr, h.poher@senat.fr, m.raison@senat.fr, jy.roux@senat.fr, n.tocqueville@senat.fr, m.vaspart@senat.fr, h.tandonnet@senat.fr, y.vaugrenard@senat.fr